Verticilliose de jardin : quel traitement ?

La verticilliose est une maladie redoutable qui touche aussi bien les plantes d’ornement que les légumes et les arbres. Petit à petit, vous voyez vos plantes dépérir et mourir… Savoir la reconnaître est d’autant plus important qu’il n’existe pas de traitement curatif vraiment efficace. Que faire en cas de contamination et surtout comment l’empêcher de revenir si votre jardin est infecté ?

Qu’est-ce que la verticilliose ?

La verticilliose, appelée également flétrissure verticillienne, est une maladie du jardin provoquée par un champignon microscopique du genre Verticillium (Verticillium dahliae, Verticilium lecanii, Verticillium albo-atrum, etc).

Le champignon pénètre généralement dans la plante par les racines et progressivement, il envahit l’ensemble des vaisseaux qui assurent la circulation de la sève jusqu’aux inflorescences et aux feuilles. Privée de sève, la plante jaunit, se flétrit et peut finir par mourir.  

Comment le Verticilium infecte le jardin ?

Le Verticilium est un champignon très résistant. Il peut survivre sous terre plusieurs années sous forme de microsclérote, un mycélium très compact. Lorsque les conditions sont propices, avec une température autour de 20° et un sol humide, le microsclérote produit du mycélium qui contamine les plantes.
Des nouveaux microslérotes se développent dans les plantes infectées. Ils sont relâchés dans le sol lors de la décomposition des plantes malades. Ce cercle vicieux est très difficile à rompre… Surtout que certaines plantes communes au jardin (chénopodes, amarantes, plantains, séneçons, etc) sont elles aussi les hôtes du Verticilium.

Le champignon peut également être amené par des excréments d’animaux ayant consommé des plantes malades. Une blessure ou une taille effectuée avec un outil contaminé constitue une opportunité pour lui de se développer.

Le printemps est la période de l’année la plus propice à la contamination.

Comment reconnaître la verticilliose ?

Sur les plantes d’ornement ou potagères, la verticilliose se développe généralement du bas vers le haut :

  • les feuilles se ramollissent et des taches jaunes et des nécroses brunes apparaissent entre les nervures ;
  • elles se flétrissent et se recroquevillent sur elles-mêmes tout en restant attachées à la tige ;
  • des bandes sombres longitudinales peuvent apparaitre sur les tiges ;
  • la plante végète et finit par dépérir.

Sur les arbres, la verticiliose attaque soit les branches les unes après les autres, soit l’arbre en entier. Les feuilles des branches atteintes, se flétrissent, se nécrosent et se recroquevillent. Lorsque l’on coupe une branche malade, des stries foncées sont présentes sous l’écorce au niveau de l’aubier. Elles marquent la présence du champignon dans le système vasculaire de l’arbre.

Quelles sont les plantes les plus sensibles à la verticilliose ?

Les plantes et les arbres sont plus ou moins sensibles à la verticilliose. Certains arbres infectés arrivent à  contenir le champignon dans une seule zone (compartimentation) et à se développer par ailleurs. Certaines plantes sont naturellement immunisées ou au contraire très vulnérables.

Plantes potagères sensibles à la verticilliose

Ce sont majoritairement les solanacées comme les tomates, les aubergines, les poivrons, les piments. Mais les melons, les pommes de terre, les concombres, les fraises, les framboises, peuvent aussi être atteints.
Les variétés de tomates anciennes à production précoce sont particulièrement vulnérables. Les variétés modernes hybrides F1 possèdent une résistance moyenne à forte.

Plantes d’ornements sensibles à la verticilliose

De nombreuses plantes vivaces ou annuelles peuvent être infectées : les asters, les phlox, les œillets, les pivoines, les pélargoniums, les dahlias, les delphiniums, les chrysanthèmes, les rosiers, etc.

Arbres sensibles à la verticilliose

Parmi les fruitiers, l’abricotier, l’amandier, le pêcher, l’olivier, le cognassier, le pommier sont vulnérables. Pour les arbres d’ornement, ce sont l’érable du Japon, le catalpa, le hêtre, l’orme, le sumac, le lilas, etc.

Comment traiter la verticilliose ?

Il n’existe pas vraiment de traitement de la verticilliose efficace

Lorsque des plantes sont atteintes, il est néanmoins important de réagir rapidement pour éviter la propagation de la maladie en procédant à un entretien régulier du jardin :

  • supprimez les parties de plantes contaminées (feuilles ou branches) ou les plants en entier s’ils sont trop abîmés ;
  • enlevez la terre autour de la plante infectée et débarrassez-vous-en ; pour un arbre afin d’assainir la terre, arrosez autour du pied avec de l’eau légèrement javellisée (1 goutte d’eau de javel pour 1 l d’eau);
  • brûlez les végétaux malades et ne les mettez surtout pas dans le compost ;
  • désinfectez vos outils (sécateurs, bêches) après les coupes ou l’arrachage.

Les traitements préventifs contre la verticilliose

Quelques mesures faciles à mettre en place permettent d’éviter la maladie et/ou de limiter sa réapparition :

  • Cultivez de préférence des variétés résistantes surtout si la maladie est présente au jardin.
  • Pratiquez une rotation des cultures sur 4 à 5 ans en cultivant sur les parties du jardin contaminées des plantes résistantes.
  • Enlevez les mauvaises herbes poussant à proximité immédiate des plantes : elles peuvent être porteuses du champignon.
  • Limitez les apports d’engrais azoté.
  • Renforcez le système immunitaire des plantes avec des pulvérisations foliaires de purin d’ortie ou de décoction de prêle ou d’ail.
  • En sol lourd, allégez la terre avec de la matière organique ou du sable. Évitez le piétinement qui tasse le sol et favorise la stagnation de l’eau.
  • Pour les arbres, pulvérisez de la bouillie bordelaise ou un autre fongicide sur le collet et l’écorce notamment à la fin de l’hiver.
  • Désinfectez toujours les outils de jardin.

Décrivez votre projet et recevez des devis gratuits Votre devis Entretien de jardin

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest Mail Commentaire

Verticilliose de jardin : quel traitement ? Les avis et commentaires