Le monte-escalier : comment bien le choisir ?

Quel que soient votre problème de mobilité et votre âge, si monter un étage devient impossible, installer un monte-escalier est la solution idéale. Il vous évite un déménagement et vous permet de garder un maximum d’autonomie tout en garantissant votre sécurité et votre confort. Mais quel modèle de monte-escalier choisir ? Peut-il s’adapter à tous les escaliers ? Et comment fonctionne-t-il ? Son utilisation est-elle facile ?

Comment fonctionne un monte-escalier ?

Le fonctionnement d’un monte-escalier est relativement simple :

  • Un siège élévateur monte et descend le long d’un rail fixé sur l’un des côtés de votre escalier. Nul besoin de gros travaux puisque le rail est visé directement sur les marches de l’escalier ou, plus rarement, sur le mur.
  • Une prise électrique standard alimente des batteries qui permettent le déplacement du siège. Le moteur, installé sous le fauteuil, se recharge automatiquement  soit sur des points de charge situés en haut ou en bas du rail soit lors de son fonctionnement sur une bande de chargement en continu.
  • Pour monter ou descendre votre escalier, vous vous installez sur le siège et vous actionnez le fauteuil soit à l’aide des commandes situées sur un des accoudoirs soit à l’aide d’une télécommande. Arrivé à destination, le monte-escalier s’arrête automatiquement.

Un monte-escalier peut desservir plusieurs étages et vous permettre d’accéder à la totalité de votre habitation sans restriction !

Les différents types de monte-escaliers 

Pour fonctionner le monte-escalier doit être parfaitement adapté à la configuration de votre escalier. C’est pourquoi, le rail est réalisé sur-mesure après qu’un technicien soit venu à votre domicile pour faire une étude de faisabilité et prendre les mesures de votre cage d’escalier.

Selon les caractéristiques de votre escalier, vous aurez à choisir entre 3 types de monte-escaliers :

Décrivez votre projet et recevez des devis gratuits Votre devis Escaliers

Le monte-escalier droit

Il est adapté, comme son nom l’indique, à un escalier droit. Votre escalier est linéaire avec des marches de hauteurs identiques, sans changement de pente, ni de palier.

C’est le modèle le plus rapide à fabriquer et le plus facile à installer.

Vous le trouvez à partir de 2 500 €.

Le monte-escalier tournant

Il est indispensable dès que votre escalier présente une courbe et/ou un palier. Le rail est conçu pour épouser au plus près les virages et assurer votre sécurité lors de l’utilisation.  

Vous le trouvez à partir de 6 000 € pour un escalier tournant.
Vous le trouvez à partir de 8 000 € pour un escalier hélicoïdal.

Le monte-escalier extérieur

Ses caractéristiques sont identiques à celles d’un monte-escalier intérieur mais ses composants sont conçus pour résister aux conditions climatiques extérieures (humidité, gel, rayonnement UV).

Vous trouvez des modèles de monte-escalier extérieur à partir de 3 000 € pour un escalier droit et à partir de 7 000 € pour un escalier tournant.

Pour vous aider à financer votre monte-escalier vous pouvez bénéficier de différentes aides : la subvention Habiter Facile de l’ANAH (Agence nationale de l’habitat), la participation au titre de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) ou de la PCH (Prestation de Compensation du handicap), des aides de vos caisses de retraite, sans oublier un crédit d’impôt de 25 % du coût d’achat et une TVA au taux réduit de 5.5 %.

Monte-escalier monorail ou double rail ?

C’est principalement la configuration de votre escalier qui va imposer le choix de l’un ou de l’autre.

  • Le monte-escalier monorail est parfait pour un escalier droit et pour un escalier tournant où le rail peut être installé le long du tournant intérieur.
  • Le monte-escalier double rail se compose de deux rails superposés. Il s’impose pour des raisons de sécurité lorsque l’escalier présente des courbes complexes et/ou lorsqu’il est installé le long du tournant extérieur.  

Le rail supérieur peut également servir de rampe.

L’installation d’un monte-escalier n’empêche pas l’utilisation de l’escalier à pied, par les membres valides de la famille ou un aidant. Le rail est étudié pour prendre le moins de place possible.

Lorsque le monte-escalier est inutilisé où positionner le fauteuil ?

Lorsque vous ne vous servez pas de votre monte-escalier, où stationner le fauteuil ? La question est d’importance car l’accès au siège doit être facile et sécurisé tout en en préservant l’utilisation à pied de l’escalier.

Le siège du monte-escalier n’est jamais positionné sur la première ou la dernière marche de l’escalier mais toujours au niveau du sol ou du palier afin que vous puissiez vous installer aisément et que l’accès aux marches reste libre. Selon l’encombrement et les caractéristiques de votre logement (couloir, palier ou escalier étroits, présence d’une porte tout à côté de l’escalier, etc), il peut être impossible de laisser le fauteuil stationner directement en bas ou en haut de l’escalier.

Pour libérer la place deux solutions sont envisageables :  

  • L’installation d’un parking bas ou d’un parking haut. Le rail est prolongé par un retour à 90 ou 180°. Le fauteuil vient automatiquement se positionner sur le parking dégageant totalement l’escalier.
  • Le rail relevable ou escamotable. Le bout du rail se relève dégageant la place en bas ou en haut de l’escalier. La manœuvre peut se faire manuellement ou être automatisée.

Pour un gain de place optimale, parking ou rail escamotable peuvent se coupler avec un siège repliable. Le monte-escalier se fait ainsi discret sans rien céder à la sécurité.

Bien choisir les options et accessoires de son monte-escalier

Pour bien choisir les options et accessoires de votre monte-escalier différenciez ce qui concerne votre sécurité et les facilités d’utilisation de l’équipement de ce qui est purement esthétique.

Les accessoires de sécurité : comme leurs noms l’indiquent, ils sécurisent l’utilisation du monte-escalier.

  • Les accoudoirs : ils vous permettent de bien vous caler dans le fauteuil et ils sont munis de différentes fonctionnalités comme la commande de contrôle ou la clé de verrouillage.
  • La ceinture de sécurité : diagonale, ventrale ou en harnais, elle évite les chutes en avant pendant l’utilisation de l’équipement ; si elle n’est pas attachée, le monte-escalier ne peut fonctionner.
  • Le repose pied : son revêtement antidérapant améliore votre stabilité pendant le déplacement du siège.
  • Le détecteur d’obstacle : le monte-escalier s’arrête automatiquement si un obstacle gêne son parcourt.
  • Le bouton d’arrêt d’urgence : il vous permet d’arrêter l’appareil en cas de problème.
  • Le capteur de fin de course : le fauteuil s’arrête progressivement et se positionne de manière optimale pour vous faciliter la descente puis l’installation sur le siège.
  • Le système d’arrêt automatique ou commande de contrôle : le monte-escalier ne fonctionne que si vous exercez une pression sur le bouton de contrôle positionné sur un accoudoir.
  • La clé de verrouillage : elle évite l’utilisation du monte-escalier par un enfant ou par une personne qui ne serait pas en état de le faire fonctionner sans surveillance.

Les accessoires d’ergonomie : ces options facilitent l’utilisation du monte-escalier et permettent de l’adapter à vos besoins spécifiques.

  • Le siège pivotant manuel ou automatique : pour faciliter votre installation et votre descente le siège pivote vous permettant d’arriver toujours au niveau du sol en bas de l’escalier et du palier en haut de l’escalier et donc toujours en dehors des marches ; cette option est aussi intéressante dans un escalier étroit où, pour optimiser l’espace, le siège se déplace en biais et non plus perpendiculairement au rail.
  • Le siège debout/assis : si vous avez des problèmes de genoux et/ou si passer de la position assise à la position debout vous est difficile, ce siège est la solution.
  • Le siège renforcé et/ou ergonomique : le fauteuil est adapté à votre morphologie et à votre poids (poids maximum 130 ou 160 kg).
  • Le siège repliable (position parking) : avec son assise, ses accoudoirs et son repose pied repliables, il offre un gain de place lorsque l’appareil n’est pas utilisé.
  • Les télécommandes : généralement, elles sont au nombre de deux afin que vous puissiez appeler le siège que vous vous trouviez en haut ou en bas de l’escalier.
  • Le ralentisseur de vitesse : il module automatiquement la vitesse de descente du monte-escalier dans les courbes.
  • Les alertes de sécurité : alertes sonores ou lumineuses, elles vous indiquent les dysfonctionnements du monte-escalier et vous renseignent notamment sur le niveau de charge des batteries.

Les options liées au design : coordonnez votre monte-escalier à votre intérieur ! Choisissez la couleur et le revêtement du siège (cuir ou simili, tissu) ainsi que la couleur du rail.

La sécurité d’un monte-escalier est importante, il doit répondre à des normes européennes strictes. Ainsi sa vitesse de déplacement est réglementée (entre 0.10 et 0.15 m par seconde) pour vous assurer une montée ou une descente tout en douceur.

Quels sont les critères pour bien choisir son monte-escalier ?

Le rail d’un monte-escalier est généralement fabriqué sur mesure, chaque escalier ayant ses spécificités. L’achat d’un monte-escalier commence donc toujours par une étude de faisabilité réalisée par un professionnel. Le technicien vient à votre domicile pour prendre les mesures de votre escalier, identifier les contraintes techniques et déterminer vos besoins.

Les contraintes techniques

Elles concernent la configuration de votre escalier (intérieur ou extérieur, droit, tournant ou hélicoïdal, la présence ou non de palier), sa largeur, l’espace disponible en bas et en haut de l’escalier, etc. Le rail sera conçu pour répondre à toutes ces particularités.

Les contraintes fonctionnelles

Elles vous concernent directement puisqu’elles dépendent de votre état de santé. Vous devez pouvoir utiliser le monte-escalier en toute sécurité. Parmi toutes les options proposées prenez le temps de déterminer celles qui rendront le fauteuil le plus confortable et le plus ergonomique possible en fonction de votre poids, de votre taille et de vos facultés à vous installer dessus et à le faire fonctionner.

La visite de faisabilité et le devis réalisés par un installateur de monte-escalier sont toujours gratuits et sans engagement. Pensez à demander plusieurs devis afin de comparer les différentes offres. L’établissement de devis est indispensable pour monter vos dossiers de demande d’aide de financement.

Bon à savoir : Si vous avez besoin d’un monte-escalier que pour quelques mois, suite à un accident ou une maladie, savez-vous qu’il est possible de le louer ?

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest Mail Commentaire

Le monte-escalier : comment bien le choisir ? Les avis et commentaires