Peut-on refuser un héritage immobilier ?

Un héritier désigné par la loi ou par un testament est en droit d'accepter ou de renoncer à son héritage. C'est ce qu'on appelle la renonciation à succession. Dans ces circonstances, peut-on refuser un héritage immobilier ? Les éléments de réponse à découvrir dans cet article.

Refuser un héritage immobilier : renoncer à la succession

  • Une personne renonçant à la succession est considérée comme n'ayant jamais été héritière. En cas d'héritage immobilier, aucune propriété immobilière comprise dans la succession ne pourra plus lui être transmise.

À noter : les ascendants et descendants renonçant à la succession du parent décédé doivent toutefois participer aux frais de ses obsèques.

  • Afin de renoncer à son héritage immobilier, l'héritier fait une déclaration de renonciation au greffe du Tribunal de Grande Instance dont dépend le domicile du défunt.
  • Le renonciateur peut toutefois revenir sur sa décision tant qu'aucun autre héritier n'accepte la succession (dans une limite de 10 ans).

Dans quel cas refuser un héritage immobilier ?

Généralement, les héritiers qui renoncent à la succession souhaitent avant tout échapper au paiement des dettes du défunt. Refuser un héritage immobilier évite en effet d'avoir à régler les crédits immobiliers en cours.

De plus, la renonciation à une succession permet de bénéficier d'avantages fiscaux. Les descendants qui n'ont pas un véritable besoin de cet héritage peuvent favoriser leurs enfants en y renonçant. Ainsi, la succession du défunt est directement recueillie par ses petits-enfants, réduisant par là même les coûts de transmission.

À noter : dans tous les cas, les héritiers ne sont pas tenus de justifier leur renoncement à la succession.

Décrivez votre projet
et recevez des devis gratuits
Votre devis Succession, héritage

Refuser un héritage immobilier : les délais de renoncement

L'héritier dispose d'un délai de 4 mois à partir de l'ouverture de la succession pour choisir d'accepter ou de renoncer à son héritage immobilier.

Passé ce délai, le créancier, les autres héritiers ou l'État peuvent l'obliger à se prononcer.

  • Si l'une de ces parties vient à intervenir, l'héritier dispose encore de 2 mois avant de prendre sa décision.
  • Il lui est également possible de saisir la justice afin de demander un délai de réflexion supplémentaire.

Lorsqu'aucune personne ne souhaite contraindre l'héritier à faire son choix, le délai maximal de réflexion est de 10 ans. Au-delà, la renonciation est automatique.

        
TOUS LES CONTENUS DE A À Z
PRINCIPES DE L’HÉRITAGE

PEUT-ON REFUSER UN HÉRITAGE IMMOBILIER ?
Les avis et commentaires

ANNUAIRE DES NOTAIRES DE FRANCE
nord pas de calais picardie champagne ardenne lorraine alsace franche comte bourgogne ile de france haute normandie basse normandie bretagne pays de la loire poitou charente centre aquitaine limousin auvergne rhone alpes provence alpes cote d azur corse languedoc roussillon midi pyrenees

DOSSIERS

GALERIES PHOTOS

PRODUITS