Les pompes à chaleur géothermiques avec captage horizontal

Quand on a choisi d'avoir recours à un système de chauffage géothermique, il faut décider également du type de captage. Pour les pompes à chaleur géothermiques, il existe deux types de captage : horizontal ou vertical. Voici les spécificités d'un captage horizontal...

Principe de base d'une pompe à chaleur géothermique avec captage horizontal

Comme son non l'indique, pas besoin de creuser à la verticale pour un captage horizontal. C'est le captage le moins compliqué à mettre en œuvre, puisqu'il suffit d'enfouir des capteurs - qui vont puiser la chaleur contenue dans le sol- dans le jardin.

Ces capteurs ne nécessitent pas de travaux de grande envergure, puisqu'ils sont enterrés dans le sol à une profondeur assez faible, qui varie entre 0,6m et 1,20m maximum.

Ces capteurs sont tous reliés à des tubes, qui contiennent de l'eau glycolée ou un liquide frigorigène, et qui parcourent toute la surface du jardin requise en serpentins. Ces tuyaux sont bien sur reliés à la pompe à chaleur, qui se trouve dans la maison ; et la pompe à chaleur sera quant à elle raccordée à un ballon d'eau chaude, ou un système de chauffage central (plancher chauffant, radiateurs...) afin de fournir chauffage et/ou eau chaude dans le foyer.

Le captage horizontal ne nécessitant pas de grands travaux, c'est la solution la plus économique (environ 150€/m², contre 200€/m² pour un captage vertical). C'est donc celle la plus utilisée actuellement en France.

Les prérequis pour pouvoir installer une pompe à chaleur géothermique avec captage horizontal

Même si le captage horizontal est le moins compliqué et onéreux à mettre en œuvre, il n'est pas toujours possible d'opter pour cette solution. Car le captage horizontal nécessite forcément :

  • Un grand espace

Pour prétendre à une installation avec des capteurs horizontaux, il faut de l'espace. Les chiffres sont clairs : la surface de captation doit être 1,5 à 2 fois égale à la surface habitable à chauffer. Voire 3 fois, si l'habitation est trop mal isolée. Si on a une maison de 150m², il faudra donc un terrain entre 225 et 300m². Sinon, on oublie.

Mais pourquoi un tel besoin d'espace ? Tout d'abord parce que les capteurs horizontaux sont reliés à des tubes qui serpentent dans le jardin. Or il doit toujours y avoir un espace de 50cm entre ces tubes.

De plus, la longueur totale de ces tubes se mesure en centaines de mètres : il faut de l'espace pour les enterrer !

Enfin, pour qu'un réseau de captage horizontal enfoui dans le sol fonctionne correctement, il faut que dans un rayon de 2 mètres à la ronde, il n'y ait rien qui puisse l'entraver : pas de puits, pas de vieil arbre aux grandes racines souterraines, pas de fosse septique ou de cuve à fioul...

  • Un sol de qualité

C'est également la nature du terrain qui va rendre possible (ou non) l'installation d'une pompe à chaleur géothermique avec captage horizontal. Il faut en effet que le terrain soit :

- Peu, voire pas en pente. Et nu : pas d'arbres, de portiques, de terrasse...

- Qu'il ne soit pas traversé par un cours d'eau.

- En revanche, il doit être perméable aux eaux de pluie. En aucun cas elles n'abîmeront les capteurs horizontaux, et elles favorisent la régénération de la chaleur du sol.

- Dans l'absolu, il est préférable d'avoir un sol meuble. Captage horizontal et sol rocheux font rarement bon ménage.

- Le sol ne doit pas non plus être trop argileux : le risque encouru avec un sol de ce type est qu'une fois l'hiver venu, des blocs de glace se développent autour des tubes. Et plus on « forcera » sur l'utilisation de la pompe à chaleur, plus grosse deviendra la couche de glace. Au point de bloquer complètement la chaleur, et rendre l'utilisation de la pompe à chaleur impossible.

Décrivez votre projet et recevez des devis gratuits Votre devis PAC

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest Mail Commentaire


Les pompes à chaleur géothermiques avec captage horizontal Les avis et commentaires