Classes GES d’un logement

Le GES d’un logement (gaz à effet de serre), permet de mesurer son impact sur l’environnement en calculant ses émissions annuelles de gaz à effet de serre. Les logements se voient donc attribués un score du moins impactant au plus impactant, en sachant qu’il est possible d’améliorer le score GES de son logement.

Qu’est-ce que le GES ?

Depuis 2011, chaque annonce immobilière doit contenir une information au sujet de la classe GES du logement en vente ou à la location. Chaque logement est amené à être évalué sur ce critère, qui vise à estimer le niveau d’émission de gaz à effet de serre du logement, et donc son impact sur l’environnement.

La classe GES est une composante du DPE, mais le DPE tient également compte de la consommation d’énergie du logement.

La classe GES est donc un score attribué à une habitation, qui s’étend de A pour celles qui émettent le moins de gaz à effet de serre, et jusqu’à G pour celles qui en émettent le plus. Ils sont exprimés en kgeqCO2/m²/an et sont classés selon les valeurs suivantes :

Classe GES du logement Émission de gaz à effet de serre
Les logements classés A moins de 5 kgecCO2/m²/an
Les logements classés B entre 6 et 10 kgecCO2/m²/an
Les logements classés C entre 11 et 20 kgecCO2/m²/an
Les logements classés D entre 21 et 35 kgecCO2/m²/an
Les logements classés E entre 36 et 55 kgecCO2/m²/an
Les logements classés F entre 56 et 80 kgecCO2/m²/an
Les logements classés G plus de 80 kgecCO2/m²/an

Comment est calculée la classe GES d'une maison ?

Le calcul du GES d’une maison, comme le GES d’un appartement, repose sur l’estimation de la quantité annuelle d’énergie primaire consommée pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et le refroidissement du logement le cas échéant lorsqu’il est doté d’un système de climatisation. Tous ces éléments sont consommateurs d’énergie, or les différents gaz à effet de serre qui sont issus de ces dispositifs sont responsables du réchauffement climatique. La classe GES permet donc de connaître l’impact de son logement vis-à-vis de l’environnement.

Notez que le taux d’émission de CO2 est appliquée également aux éventuelles énergies secondaires utilisées pour différents dispositifs, à savoir qu’il est possible d’avoir recours à l’énergie solaire pour chauffer sa maison et pour la production d’eau chaude sanitaire, tandis qu’il est possible d’utiliser simultanément des ressources électriques pour activer la climatisation du logement. Ces différentes sources d’énergie sont ainsi calculées et n’ont pas le même poids dans le calcul du GES d’un logement.

Décrivez votre projet et recevez des devis gratuits Votre devis Rénovation énergétique

Comment améliorer la classe GES d’un logement ?

Pour améliorer la classe GES de son logement, il est d’abord recommandé de renforcer l’isolation car un logement mal isolé peut subir jusqu’à 25 % de déperdition de chaleur, ce qui est conséquent et néfaste pour l’environnement. Isoler les murs, les combles et changer de fenêtre s’avère donc très avantageux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. D’autant que des aides existent, comme MaPrimeRénov’ accessible à tous les ménages, pour être aidé(e) financièrement dans ce projet.

De même, l’idéal reste de réduire le recours aux énergies primaires, et de favoriser les énergies renouvelables. En optant par exemple pour des panneaux photovoltaïques, vous améliorez le score GES de votre logement.

Facebook Twitter LinkedIn Pinterest Mail Commentaire


Classes GES d’un logement Les avis et commentaires